La droite réunionnaise est morte !

“Salut à toi jeune réunionnais, connais-tu le Bumidom?”, Michel Debré lors de sa campagne législative de 1963.

Je vais être franc avec vous : oui cet article a un titre provocateur. L’idée de fond pourrait être plutôt résumer par un titre plus simple : « la droite réunionnaise ne pense plus » (et la gauche non plus, ne vous inquiétez pas mais j’ai assez écrit sur la coalition de gauche à la tête de la Région Réunion). Mais il fallait un titre « choc » avec une illustration qui marque également les esprits. La photo de Debré c’est uniquement pour invoquer les morts (Joyeux Halloween!), ainsi que tous les traumatismes fantasmés de la gauche anti-Debré primaire de pacotille qu’elle n’a jamais connue en 2021. Si je vous demande qui serait l’actuel personnalité forte à la droite et du centre à la Réunion en novembre 2021 ? Vous serez incapable de me répondre.

Didier Robert ? Depuis sa défaite à se maintenir à la pyramide inversée et le report de livraison de la Nouvelle Route du Littoral (N.R.L.), il a volontairement disparu de la circulation en annonçant depuis peu son départ de la vie politique.

Thierry Robert ? Non je déconne. Après avoir soutenu longuement Bayrou, puis Macron, et été cramé politiquement pour inéligibilité, maintenant voilà que ce centriste annonce son retour politique avec un nouveau parti le même jour que l’annonce de retrait de la vie publique de Didier Robert.

Cyril Melchior ? Etre à la tête du conseil général car étant consensuel c’est bien mais ce n’est pas suffisant.

Michel Fontaine ? Il a beaucoup d’atouts pour cocher toute les cases d’un leader local, mais il n’est qu’à la tête d’une mairie et d’une interco’, comme on dit. Mais il pense déjà à sa prochaine succession après plus de 20 ans en 4 mandats successives à la mairie de Saint-Pierre.

Plus aucune personnalité charismatique ne semble avoir la légitimité de se considérer comme leader de la droite réunionnaise car depuis la disparition de Debré, c’est la bérézina avec des barons des microrégions.

Pour autant, il fallait bien choisir une personnalité représentant la droite réunionnaise en 2021, autant choisir le poulain de Michel Fontaine. Je vais donc vous décortiquer le discours du député LR de la 4ème circonscription, David Lorion, lors de son dernier entretient sur Réunion La Première avec Gaël Le Dantec le dimanche 24 octobre dernier, pour démontrer que la droite réunionnaise ne pense plus depuis des décennies

1er sujet : Actualité du week-end, Le Grand Raid.

Réflexions du journaliste : La répercussion de la diagonale des fous par rapport à la Réunion et de la commune de Saint-Pierre.

M. Lorion : « Je félicite tous les participants car le plus grand évènement médiatique connu à l’extérieur de la Réunion. Cela donne de belles images positives de bonne santé de la Réunion. »

Critique : La Réunion/France/UE vit une crise sociale, économique et politique sans précédent lié au durcissement liberticide qui règne dans le pays incarné par un crédit social du pass sanitaire, qui était d’ailleurs obligatoire pour pouvoir participer au Grand Raid. Mais non, cet entretient politique commence sérieusement avec l’optimisme de la classe moyenne qui s’extasie devant un évènement médiatique qui donne une image positive de la société réunionnaise. C’est un optimisme qui ne matche pas auprès des classes populaires qui s’en foutent royalement de cet évènement dont ils ne sont que d’impuissant spectateurs. Au moins l’interview montre explicitement le décalage qu’a l’élite politico-médiatique réunionnaise d’avec leur environnement social en crise.

2ème sujet : Début des états généraux du bilinguisme de l’outre-mer qui commence à la Réunion

Réflexions du journaliste : La venue exceptionnelle de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, à l’approche des présidentielles pour inaugurer ces états généraux. Si la droite a évolué sur le sujet du bilinguisme créole/français, connaissant l’ancien clivage gaulliste/communiste d’antan incarné par Debré VS Vergès.

M. Lorion : « Toute visite ministérielle est dans une stratégie de com’, mais au-delà de ce détail célébrer la langue créole est important. Le créole n’est pas une créole régionale, mais une langue maternelle parlé par 80% des familles réunionnaise. Il n’y a plus de sujet politique, il y a unanimité car c’est pour le bien des enfants car oui la droite a changé sur ce sujet. La formation des enseignements pour comprendre la langue créole pour les élèves est nécessaire pour la fierté des réunionnais. »

Critique : Le gouvernement est déjà en campagne présidentielles. La Macronie étant synthétisé par la formule du « en même temps » veut faire plaisir à son aile droite comme son aile gauche. L’instrumentalisation de ces questions sociétales et culturelles n’existe que pour séduire la gauche culturelle ultramarine qui tombe dans le piège les yeux grands fermés. Pas étonnant quand on sait que toute cette gauche culturelle vit des subventions de l’Etat jacobin qu’elle critique matin, midi et soir. On n’est plus à une contradiction de près chez des gauchistes naïfs incapable de comprendre la complexité du monde. En revanche, que la droite réunionnaise orpheline du premier ministre Debré puisse donner son approbation sans énoncer une onde de critique envers cette arnaque sociétale est vraiment pitoyable. Mais pas étonnant, la droite est macron-compatible…

3ème sujet : Actualité politique propre au camp Les Républicain.

Réflexions du journaliste : L’explication de M. Lorion sur son choix en faveur du candidat Michel Barnier et de ce qu’il pense de ses récentes prises de positions sur l’immigration et la justice.

M. Lorion : « Michel Barnier est un européen convaincu en tant qu’ancien commissaire européen ayant négocier le Brexit. La puissance de la France de demain se fait l’Europe et non en dehors de l’Europe. De plus il aurait un regard bienveillant envers les outre-mer ayant gérer les fonds structurels européens. En revanche concernant son attachement de l’Europe, Michel Barnier en prend trop de distance en prônant le retour de souveraineté sur certains sujets. Il risque de s’éloigner du rêve européen au moment où on voit des nationalismes qui émergent. C’est une tentation qui n’est pas applicable en Europe car on a déjà délégué la plupart de nos pouvoirs. L’Europe est une puissance, mondiale, commerciale, culturelle, de liberté, des objectifs communs, des développements économiques, de garanti d’égalité et de liberté et qu’on doit faire front face à des problèmes d’immigration et à la montée du nationalisme. »

Critique : « L’Europe c’est la paix » est la phrase totem des générations ayant été traumatisé par la seconde guerre mondiale. Son argumentation politique ressemble plutôt à incantation religieuse digne d’un enfant récitant ces cours de catéchisme. Ces mots creux sont censés rassurer des personnes apeurées : parle-t-il aux citoyens qu’il infantilise ou aux séniors séniles (l’électorat archétypal de la droite) ? Comment la droite a-t-elle pu tomber aussi bas ? Je croyais que le continent Européen n’est pas l’UE, donc cet amalgame douteux par ceux qui ne veulent jamais d’amalgame sur d’autres sujets est vraiment malhonnête. Je croyais que la base du RPR c’était justement de critiquer ce machin européen qui dérégule tout. Dans les années 70 le leader de la droite, Jacques Chirac, était bien plus eurosceptique que ça sous les conseils de Marie France Garaud, avec qui il s’est vite éloigné suite à l’échec des élections européennes de 1979. Mais Chirac, conseillé par l’aile centriste européïste du RPR incarné par son ami Juppé, est également celui qui signe la trahison de son camp, la droite populaire, en ratifiant le traité de Maastricht en 1992 au côté de Mitterrand et VGE pour pouvoir mieux se présidentialiser juste avant sa troisième tentative, un peu comme Marine Le Pen exactement sur le même sujet et pour les mêmes raisons. Charles Pasqua n’a-t-il pas dénoncé de l’embourgeoisement du gaullisme dès 1988 ? Sequin et Pasqua n’ont pas-t-ils été sans cesse marginalisé par la nouveau virage européïste du RPR post-maastrichtien ? 30 ans plus tard la droite réunionnaise répète joyeusement les mêmes trahisons de Chirac aux graves conséquences politiques et économiques. C’est sur qu’elle veut vraiment se tirer une balle dans le pied en se centrisant et perdant son attrait populaire.

D’ailleurs le dernier grand “sage” gaulliste réunionnais, ex sénateur-maire Jean-Paul Virapoullé confirme ma précédente explication puisqu’il dit lors d’un entretien en 2014:

 « La vraie réforme, c’est celle de l’euro trop fort et de l’Europe trop libérale. Cette Europe avec un mark – je dis bien mark, pas euro – trop fort pour préserver notre modèle social […] les Allemands ont toujours été un peuple conquérant. Aujourd’hui, on a une occupation monétaire à la place d’une occupation militaire, une occupation économique à la place d’une occupation géographique […] L’Europe est faite sans les peuples, il faut revoir l’euro et revoir la construction européenne […] Hollande, c’est Sarkozy à l’eau de rose. Il va dans la même ligne, il n’y a pas un fil qui sépare les deux. D’ailleurs, si la droite était au pouvoir, ce serait pareil. » Pour y conclure : « Le seul véritable homme d’État, c’est Juppé ». Soit le plus européïste de tous. Mais on prend vraiment les réunionnais pour des cons, quelle démagogie !

4ème sujet : Problème économique 

Réflexions du journaliste : comment lutter le chômage et la tentation de vouloir supprimer beaucoup d’emplois publics comme point commun de la plupart des candidats des présidentielles de centre-droit. Les réformes concernant l’accès aux indemnisations

M. Lorion : « Baisser les indemnités peut permettre pour être employable mais il n’y a pas assez d’emploi à la Réunion. Il y a un politique d’exonération de charges social qui s’est fait depuis très longtemps. Mais ce n’est pas suffisant avec le sous-emploi chronique local. Accompagnement des jeunes qui doit être plus important. Macron a supprimé 10 000 du secteur public et non 150 000 comme annoncé. La crise est passé par là. On ne peut pas faire moins, il faut faire plus. Les hôpitaux, la charge qui pèse sur les infirmières. Les policiers, gendarmes, les enseignant il faut que ça soit pareil. Pas pour la diminution des effectifs des emplois publics, ni de leurs salaires. Je suis absolument contre ces suppressions alors qu’il faut en amont les protéger. Je ne voterai pas pour un candidat qui annonce cela. En participant à la rédaction de la tribune de Barnier au lancement de sa campagne, il a évoqué ce sujet. Je l’ai bien expliqué qu’on ne dit pas « les outre-mer » mais « la France d’outre-mer » et qu’il a modifié sa tribune finale avec ma formule suggérée. »

Critique : Lorion est pris entre deux étaux entre vouloir être le bon gestionnaire de droite faisait des réformes pour faire des économies et le clientélisme basique des fonctionnaires dans une région ultramarine monodépartementale touchée de plein fouet par le chômage de masse. Malgré le fait d’avoir le cul entre entre deux chaises avec les recommandations de cure d’austérité recommandé par l’UE et la réalité du terrain en crise où ces réformes ne passent plus, Lorion place implicitement comme information qu’il serait le conseiller ultramarin du potentiel présidentiable Barnier… Donc Barnier qui critique l’immigration et la cours de justice européenne, c’est mal car anti-européen, mais lui il peut être contre les supressions de postes de la fonctions publique recommandé par l’UE, va comprendre sa dissonance cognitive… Alors qu’être dans un pays dans la zone euro c’est être structurellement dans une économie avec un chômage de masse, qu’en est-il vraiment de l’impact de l’euro sur les économies des territoires ultramarins touché par un chômage plus important que la France continentale ? Chut, évitons ces sujets qui fâchent et parlons de lutter contre le chômage. Ça fait 40 ans qu’on répète cette formule incantatoire, continuons donc dans cette voie sans issue sans remettre notre modèle économique en question ! #ironie

5ème sujet : l’écologie et l’énergie

Réflexions du journaliste : sujet important dans les préoccupations pour les français. Tous les candidats promettent devenir écolo, mais dans les faits est-ce possible de changer de logiciel et de modèle.

M. Lorion : « La France et l’Europe n’ont pas beaucoup de ressource. La transition écologique pour la France et l’Europe est une nécessité. La France n’a pas d’hydrocarbure et ni de ressource en matière première. L’énergie nucléaire française a besoin maintenant d’un mixte énergique qui va évoluer dans le bon sens. Notre climat souffre d’une quantité des effets de serre trop important. Atteindre les objectifs du traité de Paris. Loin d’en arriver. J’ai été le seul du groupe LR à voter pour la loi climat et vigilance. Moteur hydrogène des voitures, avions et bateau. La chine doit transformer leurs économies. Le réveil dans le milieu du 21ème siècle sera brutal si personne n’agit pas. »

Critique : Le localisme et le circuit court peuvent réduire les trafics dans un cadre national plus restreint que plutôt faire des échanges internationaux longs avec plusieurs intermédiaires, et donc à moins polluer. Mais aucun argument dans ce sens avec le bon sens populaire. Autant faire de l’argument avec de le projet de la peur en invoquant la fin du monde à cause du réchauffement climatique, tout en proposant des solutions avec des mots creux avec des projets présenté comme innovateur mais au service des puissances d’argent sans remettre en cause le modèle écologique.

6ème sujet : élections législatives aux législatives

Réflexions du journaliste : Est-ce que vous serez candidat à votre propre réélection aux législatives ?

M. Lorion : « Lorsque j’échange avec la population du sud, je n’ai pas l’impression qu’ils veulent changer de député. Je demanderai les investitures des LR et si j’ai l’investiture des LR, je demanderai aux uns et autres s’ils veulent changer de député et garder ce député. Pour l’instant je n’ai pas l’impression qu’ils souhaitent de changer de député. Oui j’ai envie de continuer parce que je crois ce mandat est passé très vite : crise politique très forte, crise des gilets jaunes qui a été importante et a perturbé le fonctionnement de l’assemblée. La crise sanitaire et la crise économique. On a l’impression qu’on a géré que des crises, on n’a pas le temps de faire assez de loi pour insuffler un changement pour l’outre-mer. Par exemple, pendant ce mandat gouvernement n’a pas eu un seul projet de loi pour l’outre-mer. »

Critique : Est-il au courant que depuis Maastricht et tous les autres traités ratifiés que l’assemble national n’est plus le lieu décisionnel où se prennent les grandes décisions du pays ? Mais que cette dernière n’est qu’une chambre pour approuver la politique gouvernemental qui suit les Grandes Orientations de Politique Économique (GOPÉ) dicté par l’UE ? Ainsi près de 80% des lois votés dans l’assemble national sont des recommandations qui viennent de le plus haut…

7ème sujet : comment se positionner face à la monte de « l’extrême-droite ».

Réflexions du journaliste : Les frontières à droite sont confus où les LR sont pris entre étau entre les libéraux macron-compatible et la droite radicale avec le tandem Zemmour/Le Pen, surtout avec un RN qui a fait d’excellent score aux présidentielles et européennes à la Réunion. La polémique concernant les prénoms du calendrier.

M. Lorion : « Ce qui m’inquiète c’est l’évolution des mentalités concernant les « valeurs de la République ». Zemmour surfe sur la vague de la xénophobie, la vague du racisme, la vague de l’exclusion. Une vague pour nous en outre-mer, une vague qui va ruiner tous les efforts du vivre-ensemble. Comment imaginer qu’en disant qu’un musulman n’est pas compatible avec la République et on puisse ici dire ici en outre le vivre ensemble est possible comme on le vit. Il faut faire très attention, Eric Zemmour n’est pas à droite, Eric Zemmour n’est pas compatible avec les valeurs qu’en tout cas moi je défends du vivre-ensemble, des valeurs d’égalité, des valeurs du Respect, de la religion et la culture de chacun. Chacun doit se soumettre aux droits et aux devoirs de la République de chaque religion, que ce soit le christianisme, le catholicisme, que ce soit la religion musulmane, ou l’hindouisme. On a un respect à avoir de la République et la République a un respect à avoir sur l’ensemble de ces religions. C’est ce vivre ensemble qui est un horizon, qu’on doit rechercher. Ce n’est pas le fait de surfer sur des thématiques qui font plaisir à des minorités. »

Critique : Ces propos républicainement fausses font bondir le généalogiste réunionnais amateur que je suis. Donner un prénom du calendrier à un enfant dans l’île Bourbon est recommandé dès le début de son peuplement en 1663 jusqu’en… 1993 (abolition de la loi de Bonaparte sous Mitterrand) comme n’importe quel endroit en France ! Je peux surenchérir en évoquant la francisation des noms jugés trop étranger. Par exemple, le marin hollandais d’Amsterdam Jan Pieter Makaste SEKELING (né en 1656-mort en 1697) a dû, en arrivant à l’île Bourbon en 1687, franciser son nom en Jean Macaste “CLAIN”. Ou encore l’indo-portuguais Emmanuel TEXEIRA DA MOTTA (né en 1666-mort en 1758), arrivé dans l’île en 1681 a dû franciser son nom tout simplement en Emmanuel “TECHER”. Quant au marin Londonien Joseph SMITH (né en 1712-mort en 1772), arrivé en 1741, il a dû non pas changer de nom, mais tout simplement abjurer son appartenance religieuse protestante afin de devenir catholique et de pouvoir rester dans la colonie française.  

Les divers règles d’assimilations strictes prévalaient déjà avant l’assimilation dite républicaine, très associé à la tradition de la gauche dite républicaine, car nous évoquons ici l’histoire coloniale Bourbonnaise sous la Monarchie Française. Donc amalgamer cette assimilation monarchiste plutôt réussie sur plus de 3 siècles (uniquement sur la question de la francisation des noms et prénoms, et non sur la question de l’esclavage) à “l’extrême-droite” et hors des “valeurs de la République” par un député de droite « républicaine » est un très grave anachronisme pour un ancien prof de l’Université de la Réunion ! Entendre des républicains faisant l’éloge des Lumières à l’origine de l’assimilation républicaine, tout en tenant un discours multiculturaliste avec le modèle d’intégration à l’anglo-saxon, avec du clientélisme communautaire en prime, est un énorme contre-sens. Peu importe si Chirac, pire VGE, on déjà tenu des propos plus que critique envers l’immigration comme n’importe quelle personnalité politique étant souverain dans son pays. Mais la soumission de la droite locale envers le gauchisme réunionnais ne date pas d’hier. Prenons pour exemple le « clientélisme communautaire ». Paul-François MARTINEZ écrit dans « Géopolitique de La Réunion. Tome 1 » :

« L’administration surveillait du coin de l’œil, dans les années 1960, une tentation communaliste inspirée de l’évolution de la petite Inde (Maurice) ».

Olivier FONTAINE continue cette réflexion dans « Histoire de la Réunion et des Réunionnais » :

 « A cette époque, une nouvelle génération de Réunionnais d’origine indienne, provenant pour beaucoup des rangs du PCR [Parti Communiste Réunionnais] et du monde syndical, se lance en politique et va instrumentaliser la religion hindoue et l’Indianité pour obtenir un certain pouvoir et une reconnaissance sociale. Malgré tout ces faits qui montrent l’installation d’un communautarisme indien à la Réunion dès les années 1960, en grand partie parce que Paul Vergès et ses militants culturels se sont largement appuyés sur ce groupe pour asseoir leur puissance politique dans l’île, c’est un élu de droite, Jean-Paul Virapoullé, qui, bien des années plus tard, en 1991, se retrouve accusé de dérive communautariste par un sympathisant du PCR. »

Pas grave si l’ex-maire de St-André clôture annuellement les festivités (d’une fête religieuse hindou, en autre le dipavali) de sa commune, comme ici en 2016 en critiquant l’obscurantisme qui a tué des innocents au Bataclan et en souhaitant que la lumière « la République et de la Fraternité, éclaire cette année qui commence. Joyeux Dipavali ! » Cela n’a plus rien avoir avec la tradition de la droite républicaine de Debré, mais vue qu’on s’est émancipé de lui depuis les années 80, la droite locale est en roue libre pour imiter les dérives gauchistes ! Faire la politique ce n’est pas céder à des raccourcis grotesques insultant l’Histoire réunionnaise, cela déshonore un maître de conférence en Sciences Humaines. Faire de la politique c’est se remettre en question et esayer de comprendre le reflux du vote de la droite dit traditionnel au profit d’un autre parti.

8ème sujet : bilan de l’échec des régionales pour la droite

Réflexions du journaliste : votre candidat le président sortant lors des régionales du premier tour, discours rassembleur des élus de droite pour le second tour. Quelle est la part de responsabilité de la droite dans la défaite ? Vous regrettez en disant si ça se trouve avec moi on aurait pu gagner ? Vous avez des nouvelles de votre ami d’enfance Didier Robert ?

M. Lorion : « Didier Robert avec Fontaine et TAK avec lui sur la liste. L’élection c’est le résultat d’une évolution, d’un relationnel qui s’est passé depuis 10 ans. Relations difficiles avec certains élus s’est fait ressentir dans les résultats électoraux. La situation judiciaire de Didier Robert ne l’a pas aidé en sa faveur.  Je n’ai pas du tout ce rêve d’être élu contre un ami. S’il n’y a pas été, s’il n’avait pas eu d’accord, ça n’a pas été le cas, je n’ai pas de regret. Depuis c’est Huguette Bello qui est à la tête de la Région et il faut qu’on fasse tout pour qu’à la Réunion, ça se passe bien, et qu’on obtienne des subventions et que les jeunes trouvent du travail. »

Critique : il ne reviendra pas avant longtemps car mouillé jusqu’au coup à cause de ces casseroles, en attendant Lorion collabore avec la social-traite Madame Bello dans une social-démocratie réunionnaise en état de décomposition.

9ème sujet : Huguette Bello a annoncé une séance plénière concernant la NRL.

Réflexions du journaliste : Contentieux : près d’un milliard d’euros. Le trou laisser par la NRL dans le budget pourrait les contraindre à revoir leur programme et la suite des opérations. Lorsque vous avez fait campagne jusqu’en juin en disant que la NRL rouvrira avant la fin de l’année, est-ce que Didier Robert savait déjà que ce n’était pas possible ?

M. Lorion : « La critique est facile et l’art est facile. Le chantier de NRL et le chantier d’air Austral, s’ils sont nouvellement élu sont capable de résilience pour faire face à ces chantiers. Le report de livraison du chantier final de la NRL pourrait aller jusqu’en 2028. Je n’étais plus à la région depuis 2017, je n’étais plus avec Didier Robert dans ce dossier de la NRL. Je ne peux pas vous dire si ça été un mensonge voulu ou une déclaration politique qui pouvait être tenue. Je ne veux pas m’exprimer particulièrement là-dessus. Ce que je sais c’est qu’aujourd’hui ce dossier est un dossier qui sera très lourd à gérer pour les finances régionales. Air Austral est dans une situation très difficile. L’aide de l’État pour la Région. Il a déjà déposé un amendement de 16 millions un projet pour le président du conseil général, adopté et repris par le gouvernement. La NRL évidement il y aurait des fonds européens qui seraient affecté ».

Critique : Au-delà du projet pharaonique de la NRL,la France n’est plus un pays souverain, à bien plus forte raison la Réunion. Les collectivités départementales, régionales, l’assemblée national et parlement européen ne sont que des chambres afin de valider la somme des subventions à chaque projet. Ainsi se résume la vie de la « démocratique représentative » française à débattre du montant de subvention venant de l’argent public afin de nous endetter éternellement… Huguette Bello est l’unique personnalité politique qui reste aujourd’hui active qui a voté contre la ratification du traité de Lisbonne en 2008 et également contre le traité budgétaire européen sous Hollande en 2012. Elle est la plus légitime dans la critique européenne, mais ses mandats de députée-maire et présidente de région font qu’elle est obligée de se soumettre aux divers organismes dont son administration dépendent, en jouant la bonne gestionnaire des diverses subventions venant des instances qu’elle critiquaient autrefois. La politique c’est l’art de gesticuler pour oser prétendre qu’on est dans l’action. Soit jouer un spectacle avec la tentation de croire en sa propre comédie comme pouvant modifier le réel, où ce n’est qu’un simulacre…

10ème sujet : Le pouvoir d’achat

Réflexions du journaliste : monté des prix, chèque inflation indemnité 100 euros. Est-ce que c’est bien ?

M. Lorion : « Je ne suis pas sûr qu’en terme de budget. Je crois qu’on vit sur la dette. Chiffre gigantesque : 114% du PIB de dette, 45 000 euros de dette par habitant en France. C’est très bien de s’endetter avant une élection présidentielle, après il faut que quelqu’un paie. A chaque fois on paye des chèques, il faut bien des gens pour rembourser les chèques. »

Critique : Ah, enfin on parle de la dette publique qui explose, mais c’est trop tard ! En 2022 l’économie va imploser. Nous sommes proche d’un effondrement économique. Pendant qu’on parle de la disparition de l’argent liquide, Christine Lagarde évoque déjà l’euro-numérique afin de sauver la dette. La digitalisation à outrance et le tout QR code n’est qu’une étape afin d’entrer dans ce nouvel ordre économique prêt au traçage et à l’asservissement des populations dans le but de rembourser à vie les dettes nationales mondiaux. La classe politique réunionnais sont complètement à la ramasse face aux trois coup d’avance de l’élite mondialiste issu des instances supranationale.

11ème sujet : crise sanitaire et pass sanitaire.

Réflexions du journaliste : Projet loi vigilance sanitaire a été adopté avec le potentiel maintien du pass sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022.

M. Lorion : « J’ai fait mieux que participer au vote, j’ai déposé une motion de rejet préalable à la loi. Cette motion de rejet, j’ai défendu ce cette loi n’est pas juste et ce n’est pas constitutionnel. C’est notre seule chance de gagner : à partir moment où on vote LREM a plus de député que nous, donc si on passe au vote c’est terminer. On a perdu à 100 voix à 150 qui ont rejeté cette motion préalable. Mais le Senat peut reprendre cette motion est notre seule chance de voir cette loi rejeter. C’est loi va donner au futur président pendant les législatives les moyens d’interdire des rassemblements, alors que le président n’a pas consulté le parlement. Cette loi est dangereuse. J’ai bonne espoir que le Sénat le reprenne. »

Critique : on attend la toute dernière minute pour parler du brulant sujet d’actualité qui définit la base actuelle de la société et de notre démocratie, la bascule du monde de demain promu par le forum de Davos. Alors que rappelons-nous, l’entretien commence une question par du divertissement que représenter le grand raid. Alors qu’on ne l’a pas du tout entendu parler comme toute la classe politique réunionnaise planquée pendant la crise des gilets jaunes qu’ils n’ont pas vu venir. Alors qu’en aout dernier il disait par rapport aux manifestants contre le pass sanitaire de ne pas les comprendre, qu’il est pour la vaccination et pour le contrôle dans les grands évènements. Alors que Lorion a voté en septembre en faveur du prolongement de l’urgence, donc contre les libertés publiques des réunionnais. Lorion se réveille enfin aujourd’hui près de 5 ans après l’élection de Macron, en voulant résister à la dernière minute contre le pass, alors qu’il critiquait ces manifestants anti pass il y encore deux mois… Étonnant pour une famille politique qui dès le lendemain des législatives a plaidé pour être macron-compatible, donc de collaborer avec la Macronie sans être dans une opposition radicale car ils pensent pareil sur la question social-économique. Enfin pas si étonnant que ça, quand on sait que son candidat de 2017 Fillon a appelé à voter Macron à moins d’une heure après les résultats du premier tour des présidentielles ! Est-ce que monsieur Lorion ne serait-il pas en train de se réveiller pour afficher une prétendue farouche opposition et lancer sa pré-campagne législatives ? Certainement ! Ce qui expliquerait en partie que la poulaine d’Huguette Bello ex-député, ex-maire, Karine Le Bon qui l’a remplacé depuis peu dans sa circonscription à cause du non-cumul des mandats, a parlé dans un créole étrange à l’improviste pour interpeller et exprimer son désaccord avec le ministre de la santé Véran. Etre élue qu’avec 19% de participation lors d’une législative partielle avec d’un déficit de légitimité force à la gesticulation.

Mais Monsieur David Lorion, connaissez-vous que l’agenda mondialiste a été déjà enclenché contre le peuple français depuis que Macron a affirmé que nous sommes en guerre… Oui les élites mondialistes sont en guerre contre la démocratie. Les candidats LR à la présidentielles veulent uniquement se positionner comme un bon premier ministre dans le prochain quinquennat Macron. Mais un simple député LR d’opposition d’opérette signifie collaborer et accompagner le virage autoritaire du mondialisme. Où était David Lorion pour critiquer radicalement l’étendu du pass sanitaire le 12 juillet dernier ? Suite à cette annonce démocratiquement dramatique de Macron, Lorion disait inconsciemment : « je pense qu’il va être largement assoupli ». Analyse foireuse à côté de la plaque de la réalité. Mais bon, on a pire à droite : « Nadia Ramassamy, députée de la 6e circonscription, n’était pas présente à l’Assemblée Nationale, elle non plus. Elle explique avoir eu d’autres obligations, notamment son métier de médecin, et que ce vote a été annoncé dans un délai très bref. “Je ne suis pas pour qu’on oblige les gens à se vacciner, mais je veux que les gens prennent conscience que la vaccination est importante”. Questionnée si elle voulait voter pour ou contre ce projet de loi, elle répond “ne pas avoir eu le temps de s’y pencher correctement”. » Je ne pensais pas qu’on ne pouvais être pire que Monique Orphé, Nadia a su relevé ce défi !

CONCLUSION FINALE  : Les divers compromissions de notre classe politique favorise leur impuissance à arrêter le couple préfecture/ARS qui ne font que dicter l’agenda mondialiste que Macron suit et continuera à suivre s’il serait réélu. Le statut quo du faux clivage gauche/droite, incarné par l’axe Bello/Fontaine, bloque l’émergence d’une nouvelle représentation politique locale émancipé des intérêts privés qui détériore la vie quotidienne des réunionnais. Leur position respective de centre-gauche et centre-gauche participe à la théâtralisation de la politique locale où tout se résume qu’à de simples querelles d’égo dont tous ces « cerveaux » sont politiquement interchangeables car soumis aux mêmes puissants. Tous ces acteurs se rêvent d’être à la tête de divers lieux de « pouvoirs » sans avoir une réelle marche de manœuvre, si ce n’est la gestion des subventions. Et tout ça pour avoir en récompense à faire face à de vives tensions qui vont soubresautez la société réunionnaise. Les secousses du volcan social endormi seront si explosives que les tièdes discours de « vivre-ensemble » de la gauche et droite (vu qu’elle s’y est soumise) ne va pas pouvoir renverser la vapeur. La meilleure citation pouvant résumer la vie politique réunionnaise provient de Jean-Paul Virapoullé que j’ai tellement cité (hommage au vaillant JPV!!!) : « Tout le monde est dans la communication. Avoir fait autant de collèges et de lycées et ne pas avoir de classe politique, c’est un échec. ».

Bonne transition car tout comme David Lorion a révélé lors de cet entretien qu’Axel Gauvin était son professeur, je peux faire également de même avec David Lorion que je salue, qui a été mon professeur d’Hydrologie lors de ma licence et mon master de Géographie option aménagement du territoire. Il est humainement une personne agréable et irréprochable. Malheureusement je dissocie la chaleureuse personne privée de la personnalité politique aux discours centristes complètement à côté des enjeux politiques et démocratiques mouvementé de demain. Quand une masse aveugle est guidé par des borgnes à cause d’une cécité générationnelle incapable de remettre en question tout leur construction mentale de postboomer, c’est aller vers la catastrophe. Le centrisme libérale mou qu’incarne Lorion voulant rassurer l’électorat âgé en répétant des mantras vieux de 40 ans, l’empêche d’être en phase avec la jeunesse réunionnaise qui prend de plein fouet l’actuelle crise multifactorielle sans aucune alternative possible. Alors que 30% de la population a moins de 20 ans faisant de la Réunion, l’un des plus jeunes départements de France. La Réunion est un volcan social prêt à exploser plus fortement que la crise des gilets jaunes, alors qu’aucune solution a été trouvé pour lutter contre la précarité et la marginalisation économique de la majorité silencieuse réunionnaise puisque l’ascenseur social n’existe plus depuis des décennies (a-t-elle vraiment existé ? Telle est la question). L’époque de Debré est révolue, les doux discours centristes de Lorion sont à contre-courant de la précarité criante qu’a fait exploser le quinquennat Macron. Nous avons changé d’époque, pourtant le discours de David Lorion est identique à la droite centriste réunionnaise des années 70, celle de Pierre Lagourgue.

Illustration d’un élu sur le terrain quand le volcan social 974 va exploser lors du 2ème mandat du Président Macron

Il peut avoir derrière lui tout le soutien logistique, financier et humaine qu’a la machine électorale de la troisième commune du département, mais il en demeure pas moins que son absence de radicalité dans sa position centriste est suicidaire à long-terme. Il n’est pas du tout en mesure de lutter à la racine contre les dérives mondialistes d’un deuxième quinquennat Macron. Vouloir être réélu pour un second mandat législative en 2022, après avoir voulu vainement de prendre la tête des dernières élections régionales à la place du président sortant (sans avoir son charisme), tout en ayant les yeux rivés sur la municipalité St-Pierroise en 2026 (ou avant si des conditions de santés de l’actuel maire se dégraderaient plus tôt que prévu car dernier sera âgé en 2026 de 75 ans) est une petite infection appelé dans le milieu « hubris politicus ».

Pour une opposition en carton contre ce bouffon d’Emmanuel Macron, votez le poulain du Barron : David Lorion !!!

Répondre à Bradley Wrenne Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.